Quoi de neuf? En chiffres Au cœur de la science Divers

Actualités de la semaine

News
Édition
2023/11
DOI:
https://doi.org/10.4414/bms.2023.21649
Bull Med Suisses. 2023;104(11):7-8

Publié le 15.03.2023

Klinik Hirslanden Konstantinos Kalaitzis assumera la direction des soins à la Klinik Hirslanden à partir du 1er mai 2023. L’infirmier diplômé au bénéfice d’un certificat complémentaire en médecine intensive était auparavant responsable des soins infirmiers à l’Hôpital universitaire de Zurich et responsable du secteur interdisciplinaire à l’Hôpital GZO de Wetzikon AG. Dernièrement, il était directeur des soins en chirurgie à l’Hôpital cantonal de Baden, où il a mis en place la structure de l’ensemble du secteur et réduit les absences de courte durée et les fluctuations grâce à diverses optimisations du travail quotidien. Konstantinos Kalaitzis est titulaire d’un MAS en leadership avec CAS en Lean Health Care Leadership.
Konstantinos Kalaitzis
LUKS La Dre méd. Claudia Vonlanthen est médecin adjointe au Centre de médecine intensive de l’Hôpital cantonal de Lucerne (LUKS) depuis le 1er février 2023. Elle possède deux titres de spécialiste: en médecine intensive et en anesthésiologie. Elle a déjà travaillé au LUKS de 2020 à 2021 en tant que cheffe de clinique au centre de médecine intensive. Elle a également travaillé à la clinique Hirslanden St. Anna à Lucerne, à l’Hôpital universitaire de Zurich, à l’Hôpital universitaire et à l’Hôpital pédiatrique universitaire de Bâle ainsi qu’aux hôpitaux cantonaux de Baden et d’Olten. Elle a terminé ses études de médecine humaine en 2001 à Bâle.
Dre méd. Claudia Vonlanthen
RHNe La Dre Emilie Nicodème-Paulin rejoindra la direction médicale du Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) au 1er mai. Elle partagera ce poste avec le Dr Olivier Plachta, actuel directeur médical de l’hôpital cantonal. Cette codirection vise à répondre aux enjeux actuels et futurs de l’institution. La radiologue est médecin-cheffe du département d’imagerie médicale du RHNe et l’actuelle directrice médicale adjointe. Elle a étudié à Bordeaux avant de venir à l’Hôpital neuchâtelois (HNE) en 2007 en tant que médecin-assistante. Elle part ensuite en radiologie aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Après avoir complété sa formation en radiologie ostéo-articulaire, elle devient cheffe de clinique responsable du secteur ostéo-articulaire aux HUG avant de rejoindre l’HNE comme médecin adjointe en radiologie.
Dre méd. Emilie Nicodème-Paulin
Calculs rénaux Le médicament diurétique hydrochlorothiazide, considéré depuis des décennies comme traitement de premier choix pour la prévention des récidives de calculs rénaux, est inefficace. C’est ce qu’a démontré une étude multicentrique dirigée par les professeurs Daniel Fuster (Hôpital de l’Île), Olivier Bonny (CHUV) et Beat Roth (CHUV). 416 patients présentant un risque élevé de récidive de calculs rénaux ont reçu différentes doses d’hydrochlorothiazide. Le résultat: le taux de récidive des calculs rénaux était comparable chez tous les sujets, qu’ils aient reçu le diurétique ou un placebo. Les patients ayant reçu le thiazide présentaient certes un taux de calcium urinaire plus faible que ceux du groupe placebo. Mais leur risque de calculs rénaux n’a pas changé, car la concentration de citrate dans l’urine – le principal inhibiteur de la formation de calculs – a également diminué. Les résultats sont parus dans The New England Journal of Medicine.
Addiction Dès le 1er avril, il sera plus facile de remettre de l’héroïne sous forme pharmaceutique. Le Conseil fédéral a adopté une modification de l’Ordonnance relative à l’addiction aux stupéfiants (OAStup) en ce sens. L’objectif est de flexibiliser le suivi thérapeutique afin de mieux répondre aux besoins spécifiques des patientes et patients vieillissants, indique le gouvernement dans un communiqué de presse.
Addict man walk with syringe of heroin
Les pharmacies pourront bientôt remettre de l’héroïne à des fins médicales.
© Grazvydas / Dreamstime
En raison de leur âge, de maladies ou de la distance, ces personnes ne peuvent pas toujours se rendre deux à trois fois par jour dans les centres spécialisés pour chercher leur traitement. Ceci ne pouvait jusqu’ici avoir lieu que dans une institution spécialisée. Désormais, les patientes et patients seront toujours suivis par un centre spécialisé, mais pourront se procurer le médicament dans une pharmacie ou dans une autre institution adaptée. Le centre spécialisé continuera néanmoins d’assumer la responsabilité du traitement. La modification introduit aussi la possibilité de remettre plusieurs doses journalières dans des cas précis.
Neurogenèse Des biologistes des Universités de Genève (UNIGE) et de Lausanne (UNIL) ont réussi à réactiver des cellules souches neurales (CSN) quiescentes, c’est-à-dire «dormantes», en modifiant leur métabolisme mitochondrial. L’équipe est ainsi parvenue à augmenter le nombre de nouveaux neurones dans le cerveau de souris adultes et même âgées. «Ces résultats apportent un nouvel éclairage sur le rôle du métabolisme cellulaire dans la régulation de la neurogenèse. Ils pourraient, à long terme, déboucher sur d’éventuels traitements pour des pathologies comme la dépression ou les maladies neurodégénératives», selon Jean-Claude Martinou, co-dernier auteur de l’étude publiée dans Science Advances. Les CSN sont responsables de la construction du cerveau pendant le développement embryonnaire. Dans certaines régions cérébrales, elles persistent et peuvent fabriquer de nouveaux neurones tout au long de la vie. Ce phénomène, appelé neurogenèse adulte, diminue considérablement avec l’âge.

Avec la fonction commentaires, nous proposons un espace pour un échange professionnel ouvert et critique. Celui-ci est ouvert à tous les abonné-e-s SHW Beta. Nous publions les commentaires tant qu’ils respectent nos lignes directrices.