En quête d’une théorie économique adaptée au système de santé

Forum
Édition
2024/23
DOI:
https://doi.org/10.4414/bms.2024.1439710073
Bull Med Suisses. 2024;105(23):21

Publié le 05.06.2024

Critique de livre
Quel rôle l’économie doit-elle jouer en médecine? Le deuxième volet de la série de publications «Von der Aufgabe, auf der Seite des Lebens zu stehen» de l’Hippokratische Gesellschaft Schweiz se penche sur la question. Johannes Irsiegler l’a passé en revue pour nous.
L’hôpital n’est pas une usine de construction automobile et requiert par conséquent d’autres principes économiques.
© Tudor Vintiloiu / Dreamstime
Malgré des conséquences clairement négatives, l’économisation de la santé publique se poursuit et ses exigences déterminent toujours plus notre quotidien de médecin. Voilà la thématique traitée par la publication «Von der Aufgabe, auf der Seite des Lebens zu stehen – Beiträge zur Ökonomisierung der Medizin, Teil 1» de l’Hippokratische Gesellschaft Schweiz.

Quel financement est nécessaire?

Au cœur de la revue, une interview de Mascha Madörin, économiste bâloise de la santé. Elle explique pourquoi la question initiale et sous-jacente en matière de politique de santé ne devrait pas être celle des économies réalisables par le système de santé, mais plutôt celle du niveau de financement nécessaire «en vue de garantir un travail de qualité, d’assurer des soins de base humains, et de faire bénéficier à tous d’une égalité d’accès aux apports et progrès de la médecine». Madame Madörin montre que la hausse constante des coûts de santé n’est pas liée à un manque d’efficacité du personnel, comme l’affirment les politiques. Le secteur de la santé se caractérise en effet par son important besoin de ressources en personnel. La masse salariale forme donc la plus grosse partie des coûts. Et il est difficile de la réduire si nous voulons maintenir une qualité élevée. L’hôpital n’est pas une usine de construction automobile où le progrès technique permet de produire plus en moins de temps. On ne peut par exemple, malgré les constants progrès médico-techniques, faire les soins «plus vite». L’augmentation des coûts de santé est donc un problème politique. Et ce postulat devrait désormais être à la base de toute discussion relative au système de santé.
Ces dernières années, ce sont soit les idées néolibérales de privatisation, de dérégulation et d’optimisation des profits qui dominent, soit une intervention étatique top-down en matière de politique de santé, qui a par exemple abouti à l’introduction des forfaits par cas. Cependant, «il n’est pas possible de calculer un forfait pour le temps passé au cas par cas», car le traitement et les soins sont toujours, outre les applications médico-techniques, une rencontre entre des personnes. Cela encouragerait les propensions à «supprimer autant que possible les décisions démocratiques relatives au système de santé, à éviter les débats politiques compliqués et... à établir ainsi une gestion technocratique et bureaucratique top-down dans le système de santé». De telles interventions politiques suppriment tout contrôle démocratique sur la santé publique.
Madame Madörin plaide donc en faveur d’une théorie économique adaptée à notre système de santé. Dans sa théorie d’une «médecine de soins», elle propose des pistes qui devraient absolument être discutées plus largement.

L’économie sert la médecine, pas l’inverse

Le deuxième texte de la publication, «Ärzte Kodex – Medizin vor Ökonomie», publié en 2017 par la Société allemande de médecine interne, tire des conclusions similaires à celle de Madame Madörin. Il souligne que l’économie doit servir la médecine et ne saurait primer sur les décisions médicales. Le 8 juillet 2021, la Société suisse de médecine interne générale (SSMIG) publiait une prise de position dans ce sens.
Nous nous devons de préserver et protéger l’excellence de notre système de santé et ne pas le mettre en danger par des théories économiques et politiques erronées.
Dr méd. Johannes Irsiegler, Zurich
Von der Aufgabe, auf der Seite des Lebens zu stehen – Beiträge zur Ökonomisierung der Medizin, Teil 1
Hippokratische Gesellschaft Schweiz
Sirnach: IPHG; 2023
La publication peut être commandée à hgs.ch[at]gmx.ch ou auprès de l’Hippokratische Gesellschaft Schweiz, Wingertweg 3, 7215 Fanas.

Avec la fonction commentaires, nous proposons un espace pour un échange professionnel ouvert et critique. Celui-ci est ouvert à tous les abonné-e-s SHW Beta. Nous publions les commentaires tant qu’ils respectent nos lignes directrices.