Salomé, médecin-assistante

ReMed
Édition
2024/2728
DOI:
https://doi.org/10.4414/bms.2024.1527910163
Bull Med Suisses. 2024;105(27–28):28-30

Affiliations
a Avocate, responsable juridique et directrice adjointe de l’asmac
b Dr méd., co-directeur du programme ReMed

Publié le 17.07.2024

Santé des médecins
Pour que la prise en charge des patientes et des patients soit optimale et de qualité, il faut des médecins en bonne santé. Mais comment faire concorder leur quotidien professionnel exigeant avec un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée? Que faire si, en dépit de tout, un déséquilibre s’installe? L’asmac et ReMed présentent des possibilités de conseil et de soutien.
Surmené en formation postgraduée? L’histoire de Salomé D. est inventée, mais montre où les jeunes médecins peuvent trouver de l’aide.
© Denis Raev / Dreamstime
Salomé D. (personne fictive) est médecin-assistante et travaille à 100% dans une clinique psychiatrique. Elle aime son travail de médecin, même si les gardes de dix heures par jour sont plutôt la règle que l’exception. En raison d’une charge de travail élevée - du fait notamment de la pénurie actuelle de personnel qualifié - Salomé est affectée à un nombre de gardes toujours plus important que ne le prévoit son contrat de travail et que ne l’autorise la loi sur le travail. Leur nombre et le travail qu’elle doit y accomplir constituent une lourde charge. À cela s’ajoutent les gardes de nuit. Les heures supplémentaires augmentent et, avec elles, la fatigue. Elle est au bord de l’épuisement et décide de se faire aider. Un collègue de travail lui conseille de s’adresser à ReMed, le réseau de la FMH destiné aux médecins.

ReMed apporte son soutien

ReMed offre aux médecins exerçant en Suisse un conseil par une ou un collègue expérimenté en cas de situation de crise. À titre de première consultation, ReMed prend contact avec la ou le collègue à la recherche de soutien dans les 72 heures, tente de comprendre la situation et élabore des solutions. Même si la FMH soutient et finance ReMed, elle n’a à aucun moment accès aux dossiers personnels. ReMed est lié au secret médical. Les tâches médicales et administratives sont clairement séparées.

Salomé sait désormais quels sont ses droits et ses devoirs vis-à-vis de son employeur.

Lors de l’entretien de conseil téléphonique, Salomé est soulagée de pouvoir faire part de sa situation éprouvante à une personne compétente et neutre qui salue son courage et son initiative de demander de l’aide. Elle est rassurée d’apprendre qu’elle n’est pas la seule à s’adresser à ReMed pour cause d’épuisement, mais que de nombreuses et nombreux collègues en formation postgraduée le font aussi. L’entretien vise à faire le point et à dégager des possibilités d’alléger la charge qui pèse sur Salomé: peut-elle solliciter un entretien auprès de ses supérieurs pour discuter de sa situation et trouver des solutions? Peut-elle céder des gardes ou réduire ses heures supplémentaires? Est-il possible de changer temporairement pour un service plus calme? Salomé ne veut pas se mettre en congé maladie pour le moment et ne veut pas laisser tomber son équipe, mais elle est en même temps sceptique quant aux possibilités organisationnelles de se décharger. Un entretien de suivi est convenu pour dans dix jours. Au fil du temps, son état s’aggrave plutôt qu’il ne s’améliore, aucune possibilité d’alléger son quotidien ne se dessine. Salomé a du mal à dormir, elle se rend au travail fatiguée, sans énergie et rencontre des difficultés à se concentrer. Elle a commis une erreur lors de la prescription d’un médicament, ce qui l’accable encore davantage. Lors du deuxième entretien de conseil, la conseillère ReMed lui recommande vivement d’en parler à sa ou son médecin de famille et d’envisager un congé maladie. Pour le soutien psychothérapeutique, Salomé reçoit des adresses de psychiatres et de thérapeutes qui collaborent avec ReMed et qui sont familiarisés avec les problèmes de stress des médecins.
Salomé a été mise en incapacité de travail à 100% pendant deux semaines, le but étant qu’elle augmente progressivement son taux d’activité. Elle souhaite reprendre le travail à 100% le plus rapidement possible. Elle craint sinon d’être licenciée. De plus, elle a mauvaise conscience vis-à-vis de ses collègues, qui doivent désormais se répartir sa part de travail au sein de l’équipe et fournir des heures supplémentaires.

L’asmac conseille

Comme Salomé est membre de l’Association suisse des médecins-assistant(e)s et chef(fe)s de clinique (asmac), la médecin de ReMed lui suggère de demander du soutien auprès de celle-ci. Elle fixe un rendez-vous pour un entretien avec la juriste de la section concernée.
Lors de l’entretien, Salomé peut clarifier les diverses questions juridiques qu’elle se pose. Elle apprend qu’en cas d’incapacité de travail, elle n’a en principe [1] pas à craindre d’être licenciée pendant un délai de protection limité dans le temps et fixée par la loi [2]. De plus, la juriste lui fait savoir qu’il n’est pas de sa responsabilité de savoir comment la charge de travail de l’équipe sera désormais organisée et répartie sans elle. C’est à l’employeur que revient cette tâche. Mais elle apprend aussi qu’en cas d’incapacité de travail prolongée, elle devra éventuellement rattraper son année de formation postgraduée afin d’acquérir dans les règles les compétences et aptitudes d’une médecin spécialiste [3].

Pour les personnes concernées, il est important de savoir que l’asmac et ReMed s’occupent des demandes, des craintes et des soucis

Salomé sait désormais quels sont ses droits et ses devoirs vis-à-vis de son employeur. Elle va mieux et pourra bientôt reprendre son travail à 100%, grâce notamment au soutien de ReMed et de l’asmac. Mais elle souhaite désormais prévenir de telles situations et mieux concilier sa vie privée et sa vie professionnelle, tout en faisant avancer sa carrière. Elle a bénéficié d’un coaching téléphonique de la part du Bureau UND qui lui a donné de précieux conseils sur la manière de concilier sa vie professionnelle et sa vie privée, dans la perspective notamment de fonder une famille. De plus, elle bénéficie de l’aide d’une mentore, organisée par le programme «Coach my Career», avec qui elle peut discuter de questions relatives à sa carrière médicale.

Prenez contact

L’histoire de Salomé est inventée de toutes pièces. Elle est toutefois exemplaire des innombrables cas similaires que les collaboratrices et collaborateurs de l’asmac et les conseillères et conseillers de ReMed rencontrent au cours de leur travail quotidien. Malheureusement, de tels cas ne peuvent pas être totalement évités. Il est donc d’autant plus important pour les personnes concernées de savoir que l’asmac et ReMed prennent en charge les demandes, les craintes et les soucis de nos médecins par le biais d’offres et de services concrets qui ont fait leurs preuves. N’hésitez pas à nous contacter pour que nous puissions vous aider.

Prestations de l’asmac

  • Bureau de notification: les abus sur le lieu de travail peuvent y être signalés de manière simple. L’asmac se penche sur chaque notification et essaie de trouver des solutions (www.meldestelle-vsao.ch/fr/bureau-de-notification).
  • Conseil en matière de planification des services: l’asmac propose aux hôpitaux, cliniques et planificateurs de services un conseil gratuit en matière de planification des services afin d’harmoniser au mieux les besoins des hôpitaux et du corps médical (www.vsao.ch/fr/conditions-de-travail/planification-des-services).
  • Coach my Career: le programme de mentorat intergénérationnel de la FMH, de l’asmac, de l’AMDHS et d’autres associations (www.vlss.ch/fr/carriere/coach-my-career).
  • Conseil juridique: pour les questions juridiques, et notamment celles relatives au droit du travail, les membres de l’asmac peuvent s’adresser au service de conseil juridique gratuit(www.vsao.ch/fr/services-et-support/conseil-juridique).
  • Coaching téléphonique: pour toute question relative à la conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée, les membres de l’asmac peuvent s’adresser gratuitement au Bureau UND: www.vsao.ch/fr/services-et-support/coaching-telephonique
  • Ateliers et séminaires: l’asmac propose régulièrement des ateliers et des webinaires sur différents thèmes liés à la planification de carrière et à la formation postgraduée médicale.
  • Les prestations de l’asmac en un coup d’œil: www.vsao.ch/fr/services-et-support.

Prestations de ReMed

  • Prestations de ReMed: soutien en cas de crise. ReMed prend contact avec la ou le collègue à la recherche de soutien dans les 72 heures, tente de comprendre la situation et élabore des solutions. ReMed peut être contacté via la ligne d’assistance 24h/24 au 0800-0REMED (0800-073633), ou via internet (remed.fmh.ch/fr/contact.html).
  • Les groupes de coaching en ligne offrent un cadre idéal pour un échange en toute confiance, ouvert et personnel sur tous les thèmes professionnels stressants, difficiles et exigeants (ONLINE-Coaching groups, www.fmh.ch)
  • Stages cliniques en cabinet: après une absence due à une crise, les médecins concernés peuvent être déstabilisés par la perspective de reprendre leur activité dans leur cabinet. Un stage auprès d’une ou d’un médecin mentor leur permet de retrouver l’assurance et la confiance requises pour exercer une activité à responsabilité au cabinet médical (Mentorat et stages cliniques en cabinet, www.fmh.ch)
  • Témoignages de médecins ayant vécu des crises (Compte-rendus d’expérience, www.fmh.ch)
  • Présentations à l’occasion de sessions de formation postgraduée et continue ou dans le cadre de congrès spécialisés.
  • Les prestations de ReMed en un coup d’œil: remed.fmh.ch/fr/index.html.
stadler[at]vsao.ch
1 Selon l'ATF 1C 595/2023, en cas d'incapacité de travail liée à l'emploi, il est possible, sous certaines conditions, de licencier sans respecter la période de suspension.
2 L’employée est protégée contre le licenciement pendant une certaine période (délai de protection) de l’incapacité de travail. Toutefois, un tel délai de protection n’existe qu’après la fin de la période d’essai. La loi (art. 336c CO) prévoit les délais de protection suivants: pendant la 1re année de service: 30 jours, de la 2e à la 5e année de service incluse: 90 jours, à partir de la 6e année de service: 180 jours.
3 Art. 31 de la Réglementation pour la formation postgraduée (ISFM).

Avec la fonction commentaires, nous proposons un espace pour un échange professionnel ouvert et critique. Celui-ci est ouvert à tous les abonné-e-s SHW Beta. Nous publions les commentaires tant qu’ils respectent nos lignes directrices.